L’opendata et les TCL

Même si ce titre peut faire sourire, les TCL traînant une réputation « de fermeture d’esprit » (à tort ou à raison), il s’avère qu’ils n’ont pas totalement ignoré le sujet des données ouvertes.

Opendata et transports? Quel intérêt ? Pouvoir accèder aux informations d’horaires, de localisation des arrêts, de position des bus, permettrait de pouvoir exploiter ces applications dans des applications, par exemple en croisant ces données avec celles du trafic routier, de la pollution, du sens du vent, de la teneur en pollen, etc. Des collectifs comme Opendata69 et EntraideUsagers Lyon s’y intéressent d’ailleurs fortement.

Lors d’une réunion d’information organisée sur les travaux liés aux tramways T3-T4, il m’a été confirmé que des travaux de préparation technique sont en cours, qui n’engagent cependant pas le SYTRAL, le syndicat mixte qui gère les transports en commun de l’agglomération.

En effet, la mise en place de l’opendata aux TCL a plusieurs implications :

  • politiques : en effet, c’est le concessionnaire (le SYTRAL, et par extension les collectivités qui y sont impliquées) qui est décisionnaire dans ce domaine, et aucune position officielle n’a d’ailleurs été prise
  • techniques : fournir une information en temps réel via une API nécessite une infrastructure complexe
  • financières (également pour les raisons techniques évoquées ci-dessus).

Mais la porte n’est pas fermée, espérons que cela débouchera sur une libération des données de transport dans les mois/années à venir (Keolis, l’exploitant lyonnais, diffusant d’ailleurs ses informations à Rennes, où il gère le réseau STAR).

A signaler que ce travail de réflexion se fait en collaboration avec le Grand Lyon (avec qui le collectif Opendata69, dont je fais partie, travaille également sur le sujet de l’Opendata).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *